Le jour où je l’ai mise au monde ..

Ce fut un très long parcours ..

Dimanche 1er février 13h les contractions commencent et durent à 19h nous nous rendons à la maternité, examen du col verdict col ouvert à 2 doigts on me demande de marcher quelques heures pour accélérer le travail me voilà déambulant dans les couloirs de l’hôpital à moi les escaliers, vu mon état c’est très difficile mais on y va. Quelques heures plus tard nous repassons par la case examen voilà donc que ce fameux col à bougé il est passé à 2 doigts et demi nous passons dans la salle de prépartum. J’ai mal extrêmement mal, on me propose la péridurale. Je refuse on me propose donc de la morphine, je prend. Et je PLAAAANE 

Le lendemain matin on me réexamine le col n’a pas bougé c’est reparti pour 2 heures de marche nous y retournons, après une bonne heure de ballon en plus de la marche rien a bougé on me laisse donc rentrer à la maison. Exténuée fatiguée et lassé de ce faux travail c’est parti pour une bonne nuit de sommeil bien méritée et puis je laisse faire le temps. Mardi dans la nuit vers 3h du matin une douleur comme je n’ai jamais ressentie auparavant, une douleur qui m’oblige à me mettre debout impossible de rester allongée ou assise les heures passent la douleur est toujours là. Après une nuit blanche et une envie de suicide je décide d’appeler la maternité on me dit de m’y rendre mais que vu mon col capricieux ça risque d’être du faux travail car les contractions sont très peu rapprochées. Il est 10h me voilà devant l’accueil des urgences la contraction arrive et me voilà pliée en deux, examen du col il n’a pas bougé ouvert a deux et demi pose du monitoring pendant 1 heure. Rebelote exam’ du col est voilà qu’il est enfin passé à 3 direction salle de naissance j’ai mal je pleure je crie je souffre, on me propose la péridurale je refuse. Ma tension monte 13, 14, 15,16 on vient me voir en me proposant de la morphine je prend. Une dose, deux doses, trois doses, quatre doses, cinq doses j’en peux plus la tension monte à 18,6 on me propose la péridurale en m’expliquant que la tension se régulera avec la pose de celle-ci j’hésite .. J’attends et voilà la fièvre qui s’installe je prends la péridurale l’anesthésiste arrive à 20h et me voilà revivre.

Tout avance mon col capricieux se modifie tranquillement, poche des eaux rompue vers 2h les contractions s’intensifient mais je ne sens rien le pied et voilà que vers 5h le col ne bouge plus, on me pose une perfusion d’ocytocine pour réguler les contractions. Vers 8h je sens que ça pousse je serre les jambes j’appelle la sage-femme elle me dit que c’est bébé qui s’engage dans le bassin les heures passent ça pousse de plus en plus. A 10h l’anesthésiste me réinjecte une dose de péri et la sage-femme me dit que dans 10 minutes on y va nous nous mettons tous en position. Super Bibou se place à mes côtés il est 10h20 et on commence. La sage-femme me dit « Votre bébé à des cheveux » ça me booste je pousse encore et encore j’achève la main de Bibou au passage, puis à un moment j’en peux plus. On me dit que non je dois continuer je donne tout ce que j’ai et voilà après 30 minutes de poussée intense et une petite épisiotomie arrive...

eyeemfiltered1423857613571

Mademoiselle Lana née le 5 février à 10h50 pèse 3kg390 et fait 53 cm.

Publicités

Quand la nostalgie s’installe

2014-10-31 17.04.41

Quand la nostalgie vient te bercer dans ton lit et que tu ne trouves pas le sommeil ..

Ce soir j’ai revu ma grossesse comme un film, le commencement le tout début tu sais là où tout commence avec un test de grossesse? Oui j’ai revu ce moment là et j’ai fait défiler les choses dans leurs chronologie et je me prend une claque je me dis que dans 17 jours tout est fini voir même avant ou peut-être un peu après bon je ne l’espère quand même pas.

Je me revois acheter ce test de grossesse sans réellement attendre quelque chose de sa part et voilà qu’il m’annonce que je suis enceinte de 6 à 8 semaines partagée entre peur et bonheur je pleure. Je ne sais pas où je vais, je ne sais pas comment cela va se passer mais après 1 an d’attente on a tellement envie d’y croire je revois cette prise de sang qui vient tout confirmer. Les symptômes de grossesse qui viennent gâcher ta vie, les vomissements à répétition, les odeurs qui te retournent l’estomac et tout à coup ta cuisine devient ta pire ennemie. Je revois cette fois où je me rend au travail et une fois sur place je vomis et perd connaissance, me voilà atterrir à l’hôpital Saint-Antoine. Une embolie pulmonaire? Non nous nous sommes trompés. C’est de la tachycardie madame et votre tension chute trop rien de bien grave juste un suivi et des bas de contention pour être super fashion.

Et on enchaine vomissements sur vomissement à ne plus pouvoir s’alimenter, et nous voilà a la fin du 3ème mois. Première écho on m’annonce que c’est une fille je nous revois choisir le prénom puis mon ventre qui commence à s’arrondir au fil des mois. Sciatique, insomnies, remontées acides, prise de poids, rétention d’eau, vergetures j’ai signé pour le package complet et je dois assumer. Mais maintenant nous y voilà le 9ème et dernier mois qu’il est long ce mois là partagée entre impatience et souffrance. Mais je savoure ces derniers petits coups en moi, ces dernières souffrance de grossesse car bientôt tu quitteras mon ventre pour rejoindre mes bras. Je savoure ces derniers petits moments ou tu n’es qu’à moi là ou je n’ai besoin de te partager avec personne là  où ton cœur bat au même rythme que le mien, la où mon souffle et aussi le tien.

Photo : 4ème, 5ème et 6ème mois.

Aujourd’hui j’ai vu ma vie s’éteindre.

124063b0f2cd00f42e4b8999614f4

Ca n’arrive pas toujours qu’aux autres, aujourd’hui c’était nous.

Hier soir j’étais aux côtés de ma mère je lui disait « Nous déposons nos enfants à l’école sans même être sur de pouvoir les revoir le soir » aujourd’hui cette phrase à prit tout son sens. Je faisais ma sieste quotidienne du midi je m’étais endormie devant TF1, vers midi des bruits d’hélicoptères me lève de ce profond sommeil mes yeux se rivent vers la télévision. Porte de Vincennes, prise d’otage, je vois les images et là je me rends compte que c’est au Hyper Cacher, ma famille habite dans l’immeuble au dessus.

Téléphone en main, ils vont bien c’est déjà ça mais la panique ne s’arrête pas là. Et mon bébé laissé à l’école ce matin ? J’appelle l’école prise de panique, de peur, de rage on me dit qu’ils sont confinés qu’ils ne sortiront pas de leurs classes mais qu’on ne peut pas venir les chercher jusqu’à nouvel ordre. Ce matin j’ai laissé ce petit ange partir à l’école, je l’ai même un peu bousculé pour qu’il ne soit pas en retard. Des remords tout de suite, si j’avais su il serait resté avec moi sous la couette là ou tout est meilleur. Dans quel état d’esprit est-il ? Que leurs dit leurs maîtresse? Est-ce qu’ils vont bien? J’attends et je pleure, j’attends et j’ai peur, j’attends et je meurs. Ma fille bouge en moi comme pour me dire « Maman ne stress pas », des contractions rapprochées trop rapprochées. La peur est tellement grande que je n’y prête même pas attention. Je veux mon petit ange sous mon toit, plusieurs coup de fil en même temps les proches ont peur pour moi pour nous. Ils veulent savoir si ils nous ait arrivé quelque chose.

Je tourne en rond, ma mère est à mes côtés heureusement l’attente est trop longue à mon gout. Nous rappelons mon oncle ma tante est sortie, il ne sait pas où elle est. Panique extrême je me sens partir, pincez-moi au secours je suis dans un cauchemar. Je rappelle l’école un certain Charlie me répond, je me suis dit il se fiche de moi celui là .. Il me rassure me dit qu’ils vont bien qu’on pourra les récupérer bientôt, je continue de suivre ce qu’il se passe à la télévision. J’entends les bruits des hélicoptères, j’entends les sirènes aux informations une phrase résonne dans ma tête « Il a des armes de guerre qui peuvent ricocher sur les immeubles et pouvant atteindre 2000 mètres. » Je veux mon frère, rendez moi mon frère. Laissez le moi, j’ai peur je pleure je meurs.

Il est 16h ma mère refuse que je vienne avec elle dehors, elle me dit tu portes la vie laisse lui une chance à ta fille. J’ai eu une pensée noire je me suis dit je ne veux pas donner la vie dans un monde aussi cruel, non ma fille tu ne sortiras pas de ce ventre. Les contractions se rapprochent encore plus et deviennent douloureuse mais je n’ai pas le temps d’y penser. Mon ange arrive ses yeux sont humides, il me serre fort tellement fort me dit qu’il croyait qu’il allait mourir, qu’ils ont entendu des coups de feux, que toute sa classe pleurait. Un de ses camarades lui a dit « Je suis content de t’avoir connu ». Ces mômes ont cru mourir merde, nos mômes ont cru mourir. Oui j’ai peur maintenant, non ma force s’arrête ici.

Ils sont morts c’est la fin j’ai entendu, j’ai eu encore plus peur quand j’ai su qu’ils étaient morts. Non ça ne peut pas se finir comme ça, ça serait trop « beau » .. Ils le voulaient, ils le savaient, c’était écrit. Leurs scénarios ont fonctionné, c’est ici que tout commence. Lundi nous enverrons pas mon petit frère à l’école, c’est pas une solution certes mais la peur était trop grande aujourd’hui.

Cela n’arrive jamais qu’aux autres, profitez de votre famille.

 

Quand un coup de crayon vaut la mort

Hier un drame est arrivé, une heure plus tôt j’étais à la station Richard Lenoir je ne savais pas ce qu’il allait se passer dans les minutes qui allait suivre.

https://assets-news.vice.com/images/articles/meta/2015/01/07/en-photos-je-suis-charlie-1420655211.jpg?crop=1xw:0.5994152046783626xh;0xw,0.19298245614035087xh&resize=1200:*&output-format=image/jpeg&output-quality=90

Ceci aurait pu arriver à n’importe qui d’entre nous mais c’est arrivé aux autres, parmi ces autres il y avait le collègue de ma mère qui à trouvé la mort sur ce lieu. C’était une journée pourtant banale qui commencer pour toutes ces personnes se rendant au travail, en quittant la maison le matin même ils ne savaient pas que cette journée serait la dernière. Hier en allumant la télévision quand j’ai appris la nouvelle je suis restée sans voix, j’étais censée descendre à cet arrêt pour récupérer mon colis,  j’aurais pu être la sur ce boulevard du 11ème arrondissement mais je me suis dit que j’irais demain. J’ai ensuite réalisé que tout peut s’arrêter du jour au lendemain j’ai ensuite du me rendre à mon rendez-vous, en prenant ma tension ma sage-femme me dit qu’elle est de 15,7 d’une voix douce elle me demande si j’ai couru. Non madame j’aurais préféré courir, mais pendant que vous travaillez vous ne savez pas ce qu’il se passe. Un attentat, 12 morts et 11 blessés madame j’y étais, une heure plus tôt j’y étais j’aurais pu être sur ce boulevard il aurait pu m’arriver quelque chose, madame c’est grave. La France va mal, dans quel monde vivons nous?

Puis ensuite j’ai vu les vidéos j’ai entendu ces paroles « On a vengé notre prophète Mahomet » j’ai ensuite eu peur très peur car si des ignorants entendent ça ils mettront tous les musulmans dans le même sac. Pourquoi se cacher derrière une religion quand on commet un acte ignoble qui est pourtant interdit au sein de l’islam ? C’est une religion de paix comme toute religion et si une religion mentionné de tuer quelqu’un croyez moi je serais athée depuis longtemps. Oui moi aussi je n’étais pas toujours d’accord avec CharlieHebdo oui certaines images m’ont dérangée moi et ma foi chrétienne, oui je trouvais qu’ils avaient quand même un sacré culot. Mais justement c’est ici que tout commence, ces mecs là avait du culot ils ont fait ce que personnes n’avaient fait jusqu’ici et c’est ici que tout devient intéressant.

https://i0.wp.com/rb.llb.be/image/3b/54ad8c193570d587e32a203b.jpg

La France est un pays libre, un pays où la liberté d’expression existe toutes choses ne peut pas plaire à tout le monde est heureusement d’ailleurs sinon le monde serait bien triste. Mais qui sommes-nous pour décider d’ôter la vie de quelqu’un? Personne. Dois-je tout le temps avoir peur quand je prend les transports en commun? Dois-je serrer mon homme tous les matins quand il se rend au travail de peur de ne plus le revoir? Dois-je avoir peur de mettre mon enfant au monde car nous vivons dans un monde de fou? Je ne veux pas avoir peur. Quand j’ai vu aux infos qu’ils avaient abandonnés leurs voitures à l’endroit où j’habitais il y a 7 mois de cela, qu’ils ont vécu dans le quartier de mon enfance je vous avoue que cela m’a fait peur. Je pense aux familles qui ont perdus leurs proches, je pense à cet homme que je ne connaissais pas mais que ma mère connaissait. Je pense à eux, la France pensent à eux.

Je finis cet article en me disant que malheureusement ce n’est pas le dernier acte de barbarie que le monde connaîtra …

Qu’ils reposent en paix.

365 nouveaux jours pour de nouveaux souvenirs

Dans le livre de ma vie j’ai clôturé le chapitre de l’année 2014 pour laisser place à 365 nouvelles pages vierge . . .

72e489719a2db0ddfc4e59060fc68435

Une année qui se termine une autre qui commence on connaît la chanson c’est comme sa chaque ans, nous nous souhaitons tous une bonne année et tout nos meilleurs vœux et ensuite vient l’heure où on fait le bilan de l’année précedente. Les bonnes et mauvaises choses nous les listons puis nous prenons de nouvelles résolutions, qui ne seront pas tenues pour 95% d’entres nous. J’ai fait le bilan de l’année 2014 j’ai essayé de chercher ce qui a été négatif pour moi mais rien ne m’est venu à l’esprit je pourrais donc dire que cette année a été plutôt bonne. J’ai eu un nouveau poste au travail après seulement quelques mois, j’ai ensuite appris que j’étais enceinte et depuis juin je sens ce petit être grandir en moi.

Pour cette nouvelle année je n’ai pris aucunes résolutions, ce n’est pas que j’en ai pas mais ma merveille va pointer le bout de son nez et tout sera nouveau pour moi. Je sais que 2015 fera de moi l’année où je deviendrais maman pour la toute première fois et ça c’est le grand changement de toute une vie d’ailleurs, je veux juste être heureuse et rendre heureuse les miens. Je veux changer devenir meilleure pour moi et pour ma fille à venir, laisser toutes mes rancunes de côtés et être soudée avec les miens. Voilà comment je vois 2015

Sur cette fin je vous souhaite à tous une excellente année, la santé surtout car sans cela on fait rien. Et que cette nouvelle année qui commence soit meilleure que l’année précédente.

Et ce n’est que le début de cette aventure partagée avec vous

Joyeux noël et tout ce qui suit

original =)

Nous y sommes te voilà enfin le 24 décembre, ce soir à minuit les plus petits pourront ouvrir leurs cadeaux en premiers et pas qu’eux d’ailleurs. Toi cher mois de décembre je ne t’ai pas vu passer, le temps est passé à vitesse grand v pourtant moi chaque jour du calendrier je les ai comptés pour te dire plus que 53 jours avant d’accoucher. Mon cher mois de décembre je comptais sur toi pour nous amener un peu de neige histoire de voir la magie de noël comme il se doit dans les yeux des petits mais aussi des plus grands et au passage me casser la figure moi et mon gros ventre. Mais bon tu en as décidé autrement cette année on fera sans mais plutôt avec la pluie. Sous mon beau sapin les cadeaux eux sont déjà disposés, nous sommes tous pressé de les ouvrir et au passage comme des sauvages toi qui t’ai donné autant de mal pour que les paquets ressemblent à quelque chose. Cette année cher papa noël je ne t’ai rien demandé d’extraordinaire enfin j’aurais aimé picoler à volonté mais à part distribuer les cadeaux tu ne peux rien faire de plus pour moi. Pour nous noël se déroulera du 24 au 27 décembre (histoire de prendre des kilos sans culpabiliser hein monsieur le sage femme) histoire de fêter noël avec tous ceux qu’on aime. Dernière année pour moi ou aucune responsabilités ne m’ait donnée si ce n’est faire attention au contenu de mon assiette car à noël prochain je serais maman.

Cette année en attendant, il va falloir que je confrontes pas mal de chose en espérant que le plan de table soit bien fait car tout dépend de cela. Je vais devoir dire que « non je ne peux pas manger d’huitres ou encore de foie gras fait maison ni de fromage provenant de chez le fromager du coin » ou encore «  que non je n’accouches pas bientôt malgré mon apparence de cachalot et que oui il n’y en a qu’un à l’intérieur de ce corps » ou «  oui une coupe de champagne ne tue pas mais ce n’est pas pour autant qu’il faut que j’en boive donc tonton n’insiste pas c’est déjà assez dur comme ça«  et pour finir que « non je ne mange pas pour deux et qu’il est totalement inutile de blinder mon assiette ». Et bien évidemment j’espère que lors du plan de table on a pensé à moi et ma vessie car embêter tout le monde toutes les 5 minutes c’est un peu gênant.

Sinon je vous souhaite à tous de bonnes fêtes, profitez de cet instant présent car chaque moment et unique encore plus ceux passé avec la famille.

Le prénom

 

Je ne savais pas encore que le choix d’un prénom pouvait susciter autant d’intérêt, de disputes, de critiques et même de commentaires jusqu’au jour d’aujourd’hui .

Avec Bibou nous avons très vite était d’accord sur le choix du prénom de notre petite princesse à venir, je lui ai donné des prénoms à l’oral qui n’ont pas plu à monsieur je suis donc partie sur google (notre cher ami) j’ai ensuite rédigé une liste de prénoms. Bibou lui, en a retenu qu’un seul et unique sur une vingtaine de prénoms (ça valait le coup que je me prennes la tête). Notre petite fille se prénommera donc Lana qui est d’origine grec et qui signifie « Éclat du soleil ».

Plus mon ventre s’arrondissait plus les questions chiantes elles, étaient posées :

– Vous savez le sexe ? – Oui

– C’est une fille ou un garçon ? – Une fille

Anh et vous avez choisi le prénom ? – Ca sera Lana (Oui les gens sont chiants et ne lâche rien)

Il faut savoir que tu as plusieurs catégories de personnes :

  1. Ceux qui te diront que c’est jolie et qui le pensent réellement
  2. Ceux qui te diront « Ah c’est mignon » mais une fois rentré chez eux diront à leur conjoint(e) « Ils vont appeler leur fille Lana pauvre enfant »
  3.  Et pour finir ceux qui te diront « Ah oui? Mais pourquoi? » en gros ils n’aiment pas et ils vont vite te le faire comprendre

Le pire dans l’histoire ce n’est pas cela, c’est autour d’un repas de famille quand la question « Et alors vous avez choisi le prénom? » sonne dans tes chères oreilles, donc toi toute fière tu réponds que oui et la tu te rends très vite compte que tout ceci n’était qu’une erreur tu aurais probablement dû te taire. « Mais c’est lourd à porter » « C’est pas très jolie enfin ça veut rien dire » « Encore un prénom qui fini par la lettre a » « Mais sinon vous avez d’autres prénoms en tête »

J’ai retenue une chose à la prochaine grossesse le prénom ne sera dévoilé que le jour de sa naissance et maintenant, vous parents qui souhaitez garder le prénom secret je vous comprends.